FRENCH Translation Attention Process Training APT-2 for Persons with Mild Cognitive Dysfunction

FRENCH Translation Attention Process Training APT-2 for Persons with Mild Cognitive Dysfunction

McKay Moore Sohlberg, Ph.D., Lori Johnson, Laurie Paule, Sarah Raskin, and Catherine Mateer

Développé par McKay Moore Sohlberg, Ph.D. et Catherine Mateer, Ph.D., le programme APT-II est conçu pour les adolescents, les adultes et les personnes âgées avec de légères difficultés cognitives et des troubles de l’attention engendrés par une lésion cérébrale acquise. Le programme APT-II utilise des fichiers audio pour les exercices de la thérapie et des fichiers en PDF pour les feuilles de cotation.

Item: FRAPT2
Price: $380.00 Market price: $475.00 save 20%
Extra USB w/PDF files Extra USB w/Audio Files Quantity Add to wish list
20%

Full Description

Description détaillée

Ce programme est conçu pour traiter les déficits de l’attention des personnes avec des troubles cognitifs relativement légers, comme ceux associés au syndrome post-commotionnel. Les exercices ciblent les difficultés de l’attention soutenue, le ralentissement de la rapidité du traitement de l’information, la sensibilité aux distractions, l’alternance entre plusieurs tâches, et l’attention distribuée entre plusieurs sources d’informations en même temps.

Qu’est-ce que l’APT2?

  • Un ensemble de fichiers audio pour l’attention auditive, et des exercices d’attention organisés hiérarchiquement et regroupés selon les différents types de troubles de l’attention.
  • Un programme de généralisation avec des suggestions d’activités, des journaux de prise de notes, des protocoles de recueil de données pour faciliter la généralisation de la clinique à des contextes de la vie de tous les jours.

Qui peut administrer ce programme?

Les neuropsychologues, les orthophonistes, les ergothérapeutes, des thérapeuthes specializes en rééducation cognitive, et des thérapeuthes en éducation spécialisée.

Que contient le manuel?

Le programme de l’APT-2 explique comment administrer l’entrainement de l’attention, les procédures de cotation et d’analyse des performances des patients. Toutes les tâches cliniques et de généralisation comprennent des graphes et des tableaux de recueil de données, une description détaillée des tâches, et des suggestions pour augmenter ou diminuer le niveau de difficulté des exercices.

Le programme APT-2 inclut...

  • Un manuel de 235 pages
  • 46 fiches d’exercices et formulaires
  • Une clé USB avec tous les fichiers audio et des feuilles de cotation PDF.
  • 2 crayons-feutres
  • 4 boutons de réponse
  • Un chronomètre
Details
Item FRAPT2
ISBN#

1-931117-30-6

Pages

Kit Complet (Full Kit)

Year

Francaise Traduction (French Translation) 2016/Seconde edition 2001

Authors

McKay Moore Sohlberg, Ph.D.

Dr. Sohlberg est une pionnière canadienne très reconnue dans le champ de la réadaptation du traumatisme crânien. Durant les 20 dernières années, elle a travaillé comme clinicienne, chercheuse et responsable de développement de programmes visant à aider les personnes ayant subi un traumatisme crânien à réintégrer la communauté avec un niveau maximum d’indépendance.

Les programmes d’intervention qu’elle a développés et sur lesquels elle a mené des recherches sont devenus des programmes modèles adoptés dans des milieux de réadaptation à travers les États-Unis, le Canada et l’Europe.

Dr. Sohlberg a obtenu un Master en Sciences de l’Audition et de la Parole, et un Ph.D. en Psychologie de l’Éducation à l’Université de Washington. Elle est actuellement directrice du Programme sur les Troubles de la Communication à l’Université d’Oregon. Elle mène des recherches cliniques ayant pour objectif de développer et évaluer des méthodes pour aider les adolescents et les adultes aux prises avec des modifications cognitives suite à un traumatisme crânien.

Catherine A. Mateer, Ph.D.

Dr. Mateer a obtenu le diplôme de neuropsychologue clinicienne, et possède une expérience importante en évaluation clinique, en intervention clinique et en recherche à la fois fondamentale et clinique. Elle a publié plus de 75 articles et chapitres de livres, et deux livres sur l’organisation cérébrale du langage, de la mémoire et de la praxie, aussi bien que l’évaluation et le traitement des troubles acquis de l’attention, de la mémoire et des fonctions exécutives chez l’enfant et l’adulte.

Dr. Mateer est reconnue internationalement pour ses travaux pionniers sur la réadaptation de personnes ayant subi un traumatisme crânien. Elle a obtenu une Maîtrise sur les Troubles de la Communication à l’Université de Wisconsin, et un Doctorat (Ph.D.) en Psychologie à l’Université de Western Ontario. Actuellement, elle est professeure au Département de Psychologie et Directrice du Programme d’étude graduée en Psychologie Clinique à l’Université de Victoria en Colombie Britannique au Canada.

Contents

Table des matières

Introduction

Informations générales sur l’attention et le programme clinique de l’APT-2

  • Population ciblée
  • Modèles sur l’attention
  • Modèle clinique sur l’attention pour l’APT-2
  • Traitement des déficits de l’attention
  • Évaluation des déficits de l’attention

Programme clinique de l’APT-2

  • Les principes du traitement
  • Analyse des performances du patient
  • Thérapies associées
  • Exemple de traitement

Description des tâches cliniques de l’APT-2

  • Tâches sur l’attention soutenue et exemples de feuilles de cotation
  • Tâches sur l’alternance attentionnelle et exemples de feuilles de cotation
  • Tâches sur l’attention sélective et exemples de feuilles de cotation
  • Tâches sur l’attention divisée et exemples de feuilles de cotation

Programme de généralisation de l’APT-2

Principe général

  • Procédures pour favoriser la généralisation
  • Activités de généralisation pour l’attention soutenue
  • Exemple de feuille de généralisation pour l’attention soutenue
  • Activités de généralisation pour l’alternance attentionnelle
  • Exemple de feuille de généralisation pour l’alternance attentionnelle
  • Activités de généralisation pour l’attention sélective
  • Exemple de feuille de généralisation pour l’attention sélective
  • Activités de généralisation pour l’attention divisée
  • Exemple de feuille de généralisation pour l’attention divisée

Annexe A

Stimuli pour les tâches cliniques

Annexe B

Protocoles et feuilles de cotation

Annexe C

Stimuli des pistes audio des CDs

Excerpts

Questions souvent demandées sur le programme d’entrainement de l’attention

Quelles sont les exigences au niveau informatique?

Il n’y en a aucune. Le programme APT-2 est présenté sur une clé USB. Les fichiers audios sont regroupés sur cette clé USB. Les exercices peuvent être exécutés sur n’importe quel ordinateur avec des connecteurs USB. Ce n’est pas un programme informatisé.

Est-ce que je peux prévisualiser le programme avant de l’acheter?

Malheureusement, nous n’offrons pas une prévisualisation du programme. Cependant, nous offrons une garantie totale sur nos produits. Si vous commandez le programme APT-II et qu’il ne répond pas à vos besoins, il suffit juste de nous le retourner en bon état dans les 30 jours et nous procéderons à un remboursement.

Qu’en est-il des normes et de la validité de l’APT-2?

Étant donné que le programme APT-II est essentiellement conçus comme un outil de traitement, et non comme un test per se, la question de la validité et de la fiabilité est différente. Le manuel de l’APT-II s’appuie sur des recherches qui ont été menées avec ce programme. Il contient des informations sur l’efficacité du programme et les critères de sélection des patients.

Quelle est l’efficacité?

Le programme d’entrainement d’attention et l’entrainement utilisant des aides compensatoires ont récemment été appuyés par une série d’articles comme étant efficace et une composante appropriées aux meilleures pratiques dans le cadre de la réadaptation chez les patients avec une lésion cérébrale. Le NIH (National Institute of Health) a aussi reconnu ces approches comme étant aussi efficaces à travers des documents de synthèses sur la réadaptation auprès de patients avec une atteinte cérébrale (Cicerone, K.D., Dahlberg, C., Kalmar, K., Langenbahn, D.M., Malec, J., Bergquist, T.F. Felicetti, Giacino, J.T. Harley, J.P., Harrington, D.E., Herzog, J., Kniepp, S., Laatsch, L. & Morse, P.A. (2000). Evidence-based cognitive rehabilitation: Recommendations for clinical practice. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 81, 1596-1615).

Extraits du programme APT-2

Les activités thérapeutiques décrites dans ce programme ont été développées et testées en milieu de réadaptation auprès de personnes avec un léger dysfonctionnement cérébral induit essentiellement par un traumatisme crânien. Contrairement à la réadaptation offerte aux personnes avec un traumatisme crânien modéré à sévère, très peu d’attention est portée à la problématique des traitements pertinents pour les personnes avec un « syndrome post-commotionnel », parfois aussi appelé traumatisme crânien mineur. Il existe des controverses importantes quant à la légitimité d’un tel diagnostic. La plupart du temps, la population des traumatisés crâniens légers réfère aux personnes qui, après avoir subi un choc à la tête, ne souffrent pas de perte de conscience prolongée, et présentent une récupération physique souvent relativement rapide et complète avec peu ou pas de troubles neurologiques graves (p. ex., aucun examen de neuroimagerie positif) pouvant rendre compte de leurs symptômes. Les plaintes somatiques ou cognitives les plus fréquentes incluent de la difficulté à se concentrer, à s’organiser et à se rappeler d’informations, de la fatigue exacerbée et de l’irritabilité, des maux de tête et des problèmes vestibulaires. La majorité du temps, les personnes ne reconnaissent pas la présence de leurs symptômes cognitifs tant qu’elles n’ont pas essayé de reprendre leurs responsabilités à la maison, au bureau ou à l’école (Raskin & Mateer, 2000). Les professionnels de la santé et les chercheurs travaillant auprès de cette population s’accordent pour admettre que l’entité même du traumatisme crânien léger est associée à des difficultés résultant de l’interaction entre des variables biologiques, psychologiques et environnementales (par exemple, Kay, 1990 ; Lezak, 1991 ; Raskin & Mateer, 2000).

Le programme APT-II est conçu pour traiter les déficits de traitement de l’information chez cette population. Une hypothèse sous-jacente au programme est que les difficultés d’attention et de concentration des personnes avec un traumatisme crânien léger sont réelles, et peuvent faire l’objet d’un traitement. À nouveau, il est admis que ces problèmes sont souvent le fruit d’une combinaison de modifications émotionnelles et physiologiques. Comme l’ont décrite Mateer, Sohlberg et Youngman (1990), l’approche de la réadaptation cognitive inhérente au programme APT-II couplée à un soutien psychosocial peut être efficace pour aider cette population à retourner vers un mode de vie productif.

Le matériel de l’APT-II a été testé essentiellement auprès de personnes ayant subi un traumatisme crânien léger. Néanmoins, ce traitement peut être appliqué à d’autres étiologies. Des déficits d’attention ont été décrits chez des personnes qui souffrent de différentes formes relativement légères de déficits neuropsychologiques liés à des pathologies comme une sclérose en plaques, un trouble déficitaire de l’attention, une fatigue chronique, une intoxication chimique et un syndrome d’immunodéficience acquise. Même si un dysfonctionnement du système nerveux central, en tant que tel, peut ne pas être léger, les déficits au niveau du traitement de l’information sont souvent légers en comparaison de ceux observés après un traumatisme crânien sévère (Raskin & Mateer, 2000). La publication du matériel de l’APT-II a été motivée par la volonté d’offrir aux cliniciens intervenant auprès d’une telle population des ressources en intervention cognitive, même à titre expérimental. Il est souhaité que les outils offerts dans ce programme servent de point de départ pour évaluer l'efficacité de méthodes visant à remédier aux déficits de traitement de l’information chez cette population.

Même si beaucoup des différentes atteintes cérébrales précitées peuvent être considérées comme «mineures » ou « légères », des altérations cognitives et émotionnelles affectent souvent le quotidien de la personne. Les stress relationnels et professionnels sont bien documentés (Raskin & Mateer, 2000). Il existe un besoin impérieux de concevoir et d’évaluer des interventions cognitives et psychologiques dans le but de prévenir des problèmes comme une perte d’emploi ou une rupture familiale.

Modèle clinique sur l’attention pour le programme APT-2

Focus attentionnel

Il réfère à la capacité de se concentrer sur des informations sensorielles spécifiques. Le focus attentionnel représente le niveau le plus basique de l’attention permettant à une personne d'identifier des stimuli visuels, auditifs ou tactiles. Le focus attentionnel est le plus souvent perturbé chez des personnes ayant un niveau de conscience altérée, comme chez des personnes sortant du coma et passant progressivement de réponses uniquement à des stimuli internes à des stimuli de l’environnement externe.

Attention soutenue

Elle réfère à la capacité de maintenir son attention durant une activité continue et répétitive. Elle comprend les concepts de vigilance, de persévérance et de consistance à la tâche. A un niveau supérieur, l’attention soutenue inclut le contrôle mental ou la mémoire de travail lesquels intègre la notion de maintien et de manipulation de l’information en mémoire, comme c’est le cas lors d’une tâche de calcul mental. Une altération de l’attention soutenue peut se manifester par une difficulté à maintenir son attention sur la durée, une fluctuation croissante dans la consistance à la tâche, ou une vulnérabilité accrue aux effets de la fatigue.

Attention sélective

Cette troisième composante correspond à la capacité de traiter, de manière sélective, une information-cible et d’inhiber ses réponses face à des informations non-pertinentes. C’est la capacité de maintenir un comportement en présence de distracteurs ou d’autres stimuli divers. Cette capacité intègre donc la notion de « soustraction aux distractions ». Une atteinte de l’attention sélective peut être observée chez des personnes facilement dérangées par le bruit environnant ou les mouvements (distracteurs externes) et/ou distraites par des états émotionnels comme des inquiétudes et de l’anxiété (distracteurs internes). L’attention sélective est importante, par exemple, en classe lorsque les élèves doivent ignorer le bruit extérieur provenant de la cour de récréation pour suivre le cours.

Alternance attentionnelle

Cette composante correspond à la capacité de changer son focus attentionnel. Elle réfère essentiellement à la fonction de flexibilité mentale qui permet de changer son attention entre des tâches ou des activités qui demandent des réponses comportementales ou des aptitudes cognitives différentes. Des déficits au niveau de l’alternance attentionnelle peuvent être observés chez des patients qui ont de la difficulté à commencer une nouvelle tâche après s’être engagés dans une autre activité, ou qui continuent d’appliquer les paramètres de la tâche précédente alors qu’ils étaient censés les changer pour une nouvelle tâche. Un exemple de la nécessité d’alterner son attention apparaît clairement dans le travail d’une secrétaire qui doit rapidement alterner entre la saisie de textes et les appels téléphoniques.

Attention divisée

Cette dernière composante correspond à la capacité de répondre simultanément à deux ou plusieurs événements ou stimuli. C’est la capacité qui permet de diviser son attention entre deux ou plusieurs événements concomitants. Des déficits au niveau de cette capacité sont évidents lorsqu’une personne peut traiter seulement une source d’information à la fois. L’attention divisée est une composante importante pour plusieurs tâches quotidiennes, comme la conduite automobile où une personne doit simultanément traiter des informations de la circulation, conduire l’automobile tout en discutant éventuellement avec un passager.

Les cinq composantes de l’attention décrites ci-dessus, à savoir le focus attentionnel, l’attention soutenue, l’attention sélective, l’alternance attentionnelle et l’attention divisée, servent de cadre pour l’organisation des tâches du traitement du programme APT-II. Ce modèle a été élaboré à partir d’observations cliniques sur des altérations de l'attention et d’une revue sur les théories cognitives sur les processus attentionnels ; il tient compte de tous les types de déficits attentionnels rencontrés chez des personnes avec une atteinte cérébrale.

Les principes du traitement

Sohlberg et Mateer (1989, 2000) décrivent « l’approche par processus spécifique» comme un ensemble de principes de base à suivre pour un traitement efficace ciblant les déficits cognitifs. Ils suggèrent que les principes inhérents à cette approche sont pertinents, non seulement pour remédier aux déficits cognitifs (comme objectif de l'entraînement des processus attentionnels), mais aussi pour entraîner les personnes à utiliser efficacement des aides compensatoires (p. ex., un cahier aide-mémoire) et travailler sur une capacité ou un comportement ciblé (p. ex., la communication). Dans ce chapitre, plusieurs études appuyant l’efficacité de l’entrainement attentionnel sont rapportées. Néanmoins, dans les faits, il n'est pas clair si les sujets bénéficient d’une amélioration de leur fonctionnement cognitif ou s’ils ont réappris certaines compétences attentionnelles. Savoir si la réadaptation cognitive inhérente à l’approche par processus spécifique induit une amélioration du traitement, des compétences ou bien une combinaison des deux, a probablement davantage une signification théorique que fonctionnelle. L’efficacité du traitement est, en fait, démontrée aussi longtemps que le patient améliore ses capacités attentionnelles dans les activités de la vie quotidienne, quelles que soient les raisons sous-jacentes à ces améliorations.

Dans cette section, les six principes de base de l’approche par processus spécifique sont exposés. Ces principes de traitement forment un modèle recommandé pour l’administration du programme APT-2.

Principe Un – L’importance de travailler à partir d’un modèle théorique

Travailler à partir d’un modèle permet de s’assurer d’une base scientifique dans l’application des différents niveaux hiérarchiques du traitement. Cette approche favorise la dispensation systématique d’un programme thérapeutique comprenant des évaluations et un traitement. Le précédent chapitre comprenait un aperçu des différents modèles d’attention basés sur des recherches scientifiques dans le domaine. Le modèle clinique de l’attention est issu d’un examen approfondi des processus cognitifs des modèles d’attention et d’observations des difficultés attentionnelles de patients avec une atteinte neurologique (Sohlberg & Mateer, 1987). Ce modèle divise l’attention en cinq composantes (focus attentionnel, attention soutenue, sélective, alternée et divisée) et constitue le cadre dans lequel s’insère le matériel thérapeutique de l’APT-II. A nouveau, avoir une taxonomie ou un cadre bénéficiant d’une base théorique et clinique permet au clinicien d’organiser ses activités d’intervention afin de traiter les composantes précises du processus ciblé.

Principe Deux – Utiliser des programmes d’intervention organisés hiérarchiquement

L’objectif de la majorité des programmes de réadaptation est de remédier à un processus cognitif déficitaire, d’enseigner une habileté spécifique ou un ensemble d’habiletés. Dispenser des exercices organisés hiérarchiquement peut permettre des stimulations et activations répétées du processus ciblé ou faciliter la maîtrise d’une nouvelle habileté. Dès qu’un patient maîtrise une habileté préliminaire ou bénéficie une récupération d’une fonction à son niveau initial, passer à un niveau plus élevé de compétences ou procéder à des stimulations en continue du processus peut favoriser ensuite la récupération, surtout si les tâches sont organisées de manière hiérarchique. En utilisant l’entraînement des processus attentionnels comme exemple, le clinicien peut administrer initialement des tâches simples d’attention sélective à un patient qui éprouve des difficultés au niveau de ce processus attentionnel. Au fur à mesure que le patient progresse et qu’il devient moins sensible aux distractions, des tâches d’attention sélective d’un niveau supérieur (p. ex., choisir des pistes audio plus difficiles) peuvent être administrées pour progresser au sein de la sous-composante attentionnelle ciblée.

Principe Trois – L’importance de la répétition

Il n’est pas difficile de se rendre compte combien la répétition des exercices est importante lors de la thérapie quand on arrête et qu’on considère l’entreprise plutôt ambitieuse d’essayer à nouveau d’entraîner un processus cognitif, comme l’attention ou l’apprentissage d’une nouvelle habileté chez une personne avec des déficits cognitifs. Il est essentiel que l’entraînement soit d’une intensité suffisante pour faciliter la réorganisation d’une fonction cérébrale ou le rétablissement des compétences attentionnelles de sorte qu’elles deviennent automatiques. Si les séances du traitement en milieu clinique ne permettent pas beaucoup de répétitions, réaliser le programme de traitement à la maison ou impliquer des proches dans le programme d’entraînement, en dehors des séances en clinique, peut être un complément important à la thérapie.

Principe Quatre – Appliquer un traitement s'appuyant sur les données

L’application d’un traitement se basant sur les données permet au clinicien de prendre des décisions éclairées quant aux moments où commencer, arrêter ou modifier une thérapie en fonction des performances du patient. Par exemple, si les performances à une tâche attentionnelle particulière semblent avoir atteint un plateau et qu’aucun nouveau progrès n’est mis en évidence, le clinicien peut essayer de développer une étape intermédiaire en simplifiant la tâche pour permettre au patient d’aller au-delà d’une situation particulièrement difficile. Une telle décision devrait être basée sur une analyse des performances obtenues aux tâches attentionnelles. Une évaluation permanente de l’utilité et de l’efficacité d’un outil de traitement clinique est possible lorsque le clinicien recueille les données. L’utilisation des données peut aussi être un facteur motivant pour beaucoup de patients. La présentation aux patients de ses performances sur un graphique peut constituer une représentation objective et puissante de ses progrès.

Les tâches de l’APT-II se prêtent bien à une analyse des données, parce que les performances à la majorité des tâches peuvent être aisément décrites avec des mesures empiriques d’exactitude et de rapidité, et des informations qualitatives comme des profils d’erreurs.

Principe Cinq – Faciliter la généralisation

L’importance de faciliter et de mesurer la généralisation et les transferts des progrès issus d’un contexte clinique à des situations écologiques ne saurait être exagérée. Un thérapeute exerce une influence sur un patient durant seulement une très courte période de la vie de celui-ci. Pour que la thérapie soit significative, le clinicien doit planifier et mesurer les généralisations. Concernant le matériel de traitement de l’APT-II, de nombreuses tâches ressemblent à des tâches de laboratoire, lesquelles sont, en soi, non fonctionnelles ; la question de la généralisation est donc essentielle. La raison (dans le cas de l’attention) de sélectionner ces types de tâches est que beaucoup d’activités fonctionnelles, comme la cuisine ou la gestion des finances, impliquent tellement de processus cognitifs (par ex., les aptitudes visuo-perceptives, l’organisation, le raisonnement, etc.) qu’elles ne permettent pas une stimulation ciblée, répétitive ou un entraînement d’une composante spécifique de l’attention. Tel que précédemment abordé, les données démontrent que les processus attentionnels s’améliorent avec des stimulations ciblées et intensives. Pour s’assurer que les améliorations se généralisent aux tâches fonctionnelles, le clinicien doit cependant s’assurer que le patient dispose d’opportunités permettant de mettre à l’oeuvre les aptitudes attentionnelles réentraînées sur des activités multidimensionnelles de la vie courante comme la cuisine, les activités domestiques ou professionnelles. Le programme de généralisation de l’APT-II est conçu pour faciliter ce transfert.

Dans le but de mesurer si la généralisation a lieu, le clinicien étudiera les performances à trois niveaux : 1) la généralisation à des tâches non entraînées, mais requérant le même type de traitement ; 2) les changements de performances à des tests neuropsychologiques standardisés conçus pour mesurer et quantifier le fonctionnement du domaine cognitif ciblé ; 3) la généralisation à des tâches de la vie de tous les jours. Premièrement, pour repérer une généralisation durant l’entraînement des processus attentionnels, le clinicien peut évaluer la généralisation avec des formes alternatives de la même tâche d’attention (par ex., administrer des essais de « nombres en série » qui n’ont pas été entraînés lors de la thérapie), ce qui permet d'étudier si les améliorations se généralisent à des versions non entraînées de cette tâche. Deuxièment, le clinicien peut administrer (ou demander au psychologue/neuropsychologue d’administrer) des tests cognitifs conçus pour évaluer l’attention comme le test du Stroop (Golden, 1978) ou le Paced Auditory Serial Addition Task (Gronwall, 1977). Le plus important est finalement la généralisation sur le fonctionnement dans des contextes écologiques. Des informations sur la généralisation de l’entraînement attentionnel à des activités de la vie quotidienne peuvent aussi être obtenues par l’administration du Questionnaire sur l’attention de l’APT-II, des entrevues avec le patient, le personnel ou d’autres personnes proches, et par l’instauration d’exercices de généralisation de l’APT-II.

Principe Six – Les ultimes mesures des gains sont les modifications du fonctionnement dans la vie quotidienne

Ce principe rappelle que les ultimes mesures des gains issus de la réadaptation cognitive sont les modifications dans les aptitudes de la personne à gérer son travail, sa vie quotidienne ou ses loisirs lors des temps libres plutôt que des améliorations au niveau des exercices-mêmes de la thérapie ou des performances aux tests. Un thérapeute mettant en oeuvre un programme d’entraînement de l’attention doit avoir conscience des préoccupations au niveau du fonctionnement au sein de la communauté, comme les obstacles à la réussite professionnelle ou à une vie indépendante. Le thérapeute peut fournir des conseils précieux au patient et aux prestataires de soins sur les capacités attentionnelles pouvant avoir un impact sur les objectifs au travail ou extra-professionnels. En contrepartie, une attention particulière sur les différentes sphères du fonctionnement global, comme la question de l'autonomie, peut avoir un impact sur le déroulement du programme d’entraînement de l’attention.

Liste des tâches de l’APT-2

ACTIVITÉS SUR L’ATTENTION SOUTENUE

  • Séries A, B & C des CDs sur l’attention
  • Tâches d’écoute de paragraphes
  • Tâches de classement de phrases par ordre alphabétique
  • Tâches d’inversion des mots de phrases
  • Tâches de phrases progressives
  • Séquence croissante de nombres
  • Séquence décroissante de nombres
  • Séquence inversée de nombres
  • Autres séquences de nombres
  • Tâches de calcul mental

ACTIVITÉS SUR L’ALTERNANCE ATTENTIONNELLE

  • Séries D des CDs sur l’attention
  • Tâches sur l’alternance alphabétique
  • Tâches avec des séries de nombres
  • Tâches de modifications de phrases
  • Tâches de modifications de séries de nombres
  • ACTIVITÉS SUR L’ATTENTION SÉLECTIVE

    • Séries E, F & G des CDs sur l’attention
    • Tâches sur l’attention soutenue avec des bruits distracteurs
    • Séries E, F & G des CDs sur l’attention
    • Tâches sur l’attention soutenue avec des bruits distracteurs
    • Tâches sur l’attention soutenue avec des mouvements distracteurs

    ACTIVITÉS SUR L’ATTENTION DIVISÉE

  • CDs sur l’attention avec tâche simultanée
  • Tâches de lecture et de balayage
  • Tâches sur la gestion du temps
  • APT-2

    Programme de généralisation

    Les tâches d'entraînement des processus attentionnels décrites dans le présent programme sont conçues pour stimuler et offrir un entrainement intensif des différents types de processus attentionnels (p.ex., l’alternance attentionnelle). Bien que beaucoup de tâches ressemblent à des activités expérimentales ou de laboratoire et qu’elles ne présentent pas de valeurs fonctionnelles en tant que telles, elles ont été sélectionnées pour leurs capacités à cibler des composantes attentionnelles spécifiques fréquemment altérées suite à un traumatisme crânien. Il a été démontré que la réalisation de l’entraînement attentionnel, tout en planifiant activement et en facilitant la généralisation à des activités de la vie quotidienne, induit des effets bénéfiques tels qu’évalués par des mesures de suivi fonctionnelles comme le « retour à un emploi rémunéré » (p. ex., Mateer, Sohlberg & Youngman, 1990). En revanche, il n’a pas été mis en évidence que des améliorations au niveau des processus attentionnels qui sont impliqués dans un grand nombre de tâches, se produisent uniquement grâce à l’administration répétitive de tâches de la vie quotidienne, comme la cuisine (Sohlberg & Mateer, 1989).

    Afin de favoriser la généralisation, le programme APT-II s’appuie sur les 3 principes suivants:

    1. La généralisation devrait être planifiée dès le début de l'évaluation initiale.

    2. Dans le but de planifier efficacement la généralisation, le clinicien doit observer ou rassembler des données fiables sur le fonctionnement du patient dans des situations de la vie quotidienne.

    3. Pour évaluer les effets de l'entraînement de l’attention dans le quotidien, il est nécessaire d’inclure des mesures de suivi basées sur le fonctionnement du patient dans des contextes écologiques.

    Annexe A

    Stimuli pour les tâches cliniques

    • Phrases-stimuli – 4 mots
    • Phrases-stimuli – 5 mots
    • Phrases-stimuli – 6 mots
    • Nombres-stimuli pour les tâches de contrôle mental – 4 nombres/0-30
    • Nombres-stimuli pour les tâches de contrôle mental – 4 nombres/0-100
    • Nombres-stimuli pour les tâches de contrôle mental – 5 nombres/0-100
    • Nombres-stimuli pour les tâches de calcul mental – 1 opération
    • Stimuli alphabétiques pour l’alternance
    • Nombres en série – 2 opérations
    • Nombres en série – 3 opérations
    • Calculs arithmétiques pour la tâche en attention divisée – Addition avec retenue
    • Calculs arithmétiques pour la tâche en attention divisée – Addition de plus grands nombres
    • Calculs arithmétiques pour la tâche en attention divisée – Soustraction avec retenue
    • Catégories sémantiques – Ensemble A, Ensemble B, Ensemble C (avec des blancs à remplir)
    • Catégories sémantiques – Ensemble A, Ensemble B, Ensemble C (avec les réponses)
    • Articles pour la tâche de lecture et de balayage – #1-8 (avec des blancs à remplir)
    • Articles pour la tâche de lecture et de balayage – #1-8 (avec les réponses)

    Annexe B

    Protocoles et feuilles de cotation pour les tâches des tâches cliniques et les activités de généralisation

    • Feuille de cotation pour les tâches des CDs sur l’attention
    • Feuille de cotation pour les tâches d’écoute de paragraphes
    • Feuille de réponses pour les tâches d’écoute de paragraphes
    • Feuille de cotation pour les tâches sur l’attention soutenue
    • Feuille de cotation pour les tâches sur l’alternance attentionnelle
    • Feuille de cotation pour les tâches sur l’attention sélective
    • Feuille de cotation pour les tâches des CDs en attention divisée
    • Feuille de cotation pour les tâches de lecture et de balayage
    • Feuille de cotation pour les tâches sur la gestion du temps
    • Feuille de généralisation pour l’attention soutenue
    • Feuille de généralisation pour l’alternance attentionnelle
    • Feuille de généralisation pour l’attention sélective
    • Feuille de généralisation pour l’attention divisée
    • Inventaire des erreurs d’inattention
    • Inventaire des réussites attentionnelles
    • Questionnaire sur l’attention

    Send to friend

    : *
    : *
    : *